Furet atteint du cancer lymphome digestif
Mourir à deux ans et sept mois pour un furet qui peut vivre jusqu’à 14 ans, c’est beaucoup trop tôt. Qu’est-ce qui peut expliquer, au moins en partie, l’apparition de cette maladie mortelle, une des pires qui soient ?

Ses antécédents et son mode de vie

J’ai acheté un fureton mâle âgé de quatre mois, en 2010 en jardinerie-animalerie, sans savoir à l’époque que ce n’est pas le meilleur endroit pour trouver un furet en pleine santé.

Stérilisé précocement à trois mois par chirurgie, mon furet vacciné contre toutes les maladies … du chien, a été nourri aux croquettes … inadaptées au furet, évidemment ! Il a fallu des mois pour qu’il accepte de manger des poussins, tandis qu’il avait sous les yeux la furette qui les appréciait dès le départ.

Son caractère et son comportement

En dehors du fait que j’ai perdu le plus affectueux et le plus dynamique des deux, il ne pout-poutait jamais, alors qu’il était normalement joueur. Il faisait souvent ses besoins n’importe où, dans et en dehors de la cage, alors que la furette était plus propre.

Tout ceci peut s’expliquer à présent.

Les symptômes de la maladie de mon furet

Les derniers jours je ne le voyais plus s’alimenter. Il marchait à peine. Il s’endormait dans la litière dont je l’ai sorti plusieurs fois.
Trois jours avant sa mort je l’avais emmené chez la vétérinaire qui a constaté une rate dilatée, et lui avait prescrit un traitement. Je crois qu’elle avait supposé un cancer lymphome.

L’année précédente il était régulièrement en diarrhée. Je l’ai changé de vétérinaire pour un autre plus spécialisé sur le furet. Lors d’une consultation 9 mois plus tôt, le véto a diagnostiqué une entérite avec traitement à la clé. Plusieurs médicaments difficiles à administrer par voie orale, le fufu recrachant le produit ou le renversant.

A cette époque il avait perdu les poils de sa queue, qui avaient repoussé par la suite. Les rémissions de plusieurs mois séparaient les périodes de troubles.

L’image de la mort

Je l’ai trouvé un mardi matin en 2013 dans un bac triangulaire, roulé en boule comme pour dormir, le corps raide et froid. Il avait les yeux ouverts. Un furet meurt toujours en gardant les yeux ouverts, c’est étrange. J’ai encore du mal à écrire ces lignes un an après.

Autopsie et incinération

Quand j’ai appris sa mort à la vétérinaire trois jours après la consultation, elle a été surprise que ça aille si vite. J’ai insisté pour lui faire faire une autopsie car elle ne voulait pas. Je voulais savoir précisément de quoi il était mort.

J’ai demandé ensuite une incinération. L’assistante du véto m’a proposé de garder ses cendres dans une urne funéraire. Pour moi c’est fini pour toujours. Il restera dans mes souvenirs. Une urne funéraire ne m’apporterait rien de plus.

L’autopsie du furet m’a couté 50 € et son incinération 48 € soit 98 € au total.

Impacts du lymphome digestif sur mon furet révélés par l’autopsie

L’autopsie a confirmé que la maladie de mon furet était un lymphome digestif et détaillé les impacts de cette saloperie. Cinq organes étaient frappés :

  • Intestin grêle : hémorragique avec présence de pétéchies; abrasion des villosités.
    Une pétéchie est une petite tache cutanée de couleur rouge à violacée, due à l’infiltration de sang sous la peau. Les villosités sont des organes microscopiques facilitant le passage des nutriments dans le sang.
  • Foie : stéatose.
    La stéatose est une déformation du foie due à un excès de graisse.
  • Pancréas : présence de pétéchies
  • Rate : splénomégalie avec nombreux nodules.
    La splénomégalie est l’augmentation du volume de la rate.
  • Ganglions viscéraux : adénopathie ganglion mésentérique

Les causes du cancer lymphome ?

Son passage devant 3 vétérinaires n’a pas permis de détecter le problème. Les symptômes ne sont pas suffisamment significatifs pour qu’ils puissent diagnostiquer précisément.
Les frais de consultation et des traitements dissuadent d’y retourner le mois suivant. La difficulté de leur administrer certains traitements décourage aussi. Et surtout les périodes de longue rémission ne permettent pas du tout d’y voir clair.

En vouloir aux vétérinaires ? Ils ne pouvaient pas savoir. On ne déclenche pas des examens approfondis sur des symptômes courants. En plus cette maladie est sournoise : elle se révèle quand elle est très développée, et souvent il est trop tard.

En vouloir à l’éleveur ou à l’animalerie ? La cause de cette maladie n’est pas connue. La stérilisation précoce par chirurgie et l’alimentation par croquettes inadaptées ne sont pas des causes identifiées, même si elles sont de toutes façons dangereuses pour un furet.

Le respect insuffisant de la photopériode à l’époque ? Là non plus aucune conclusion n’est possible.

L’alimentation ? Habitué aux croquettes inadaptées, il lui a fallu des mois pour accepter enfin de passer aux poussins.

De toutes façons ma furette a été soignée dans les mêmes conditions et n’a pas développé la maladie.

On n’a aucune information sur les causes du cancer de type lymphome, comme tous les cancers d’ailleurs. Tout au plus sur les facteurs de risque, et encore … Très peu de furets atteints du lymphome guérissent.

L’impact sur la furette survivante

Après la disparition de son compagnon et pendant des semaines la furette était moins joueuse, moins dynamique, moins gourmande. Elle avait déjà commencé à faiblir quand la santé de son compagnon commençait à décliner. Puis elle a repris du poil de la bête petit à petit pour récupérer finalement sa pleine vigueur.

Le cancer de type lymphome chez le furet

Si vous voulez en savoir plus sur cette maladie quasi incurable, suivez ce lien cancer de type lymphome chez le furet.

Les conséquences pour la suite

En l’absence d’information, on ne peut qu’espérer réduire les risques :
1) Ne plus me fournir dans les animaleries ne respectant pas les animaux
2) Améliorer encore leurs conditions de vie.

Et vous, avez-vous perdu un furet ? De quelle maladie ? Laissez votre commentaire ci-dessous.