Vos engagements

Comme tout animal il demande des soins et un engagement de son maître pour s’occuper durablement de lui.

En se basant sur un furet gardé en cage, il faut le sortir deux heures par jour, ce qui revient à s’en occuper deux heures par jour étant donné le nombre de choses à faire pour lui en même temps.

Ensuite c’est un animal qui coûte de l’argent à l’achat et à l’entretien. Je reviendrai plus longuement sur le budget à l’occasion d’un prochain article.

Il est hors de question de le laisser sans surveillance constante avec un enfant en bas âge. Il est très rare qu’un accident se produise, mais ne prenez aucun risque.

Cet article concerne aussi bien mon furet que ma furette, le mâle que la femelle. Voyons maintenant quels sont leurs atouts.

Ses atouts

Tout d’abord c’est un animal très domestiqué. Il l’est depuis plus de 2000 ans, même avant le chat.

Riri le furetC’est incontestablement un animal très futé et très actif dans son environnement. Il cherche en permanence à tout explorer hors de sa cage, y compris les coins inaccessibles pour lui. Il cherche en permanence des solutions pour pouvoir explorer ces endroits mystérieux.

C’est ce qui lui permet entre autres de saisir la moindre occasion de monter sur la table, à la vitesse grand V. Plus classique, il arrive aussi à ouvrir les portes mal fermées, et pas seulement celles de sa cage.

Il est très curieux de tout ce qui se passe autour de lui. Notamment il s’intéresse de près à ce que son maitre peut faire, surtout si c’est au raz du sol. Dès que quelqu’un s’approche de la cage, il vient voir.

C’est un animal affectueux qui connaît bien son maître. De temps en temps on a droit à quelques coups de langue sur la main ou sur le visage.

Il est très joueur et n’hésite pas à inviter son maître à venir jouer avec lui. Notamment quand il vient de sortir de sa cage, il cherche à se défouler en jouant. Il est très drôle dans ces moments là. On peut lui fabriquer un nouveau jouet avec trois fois rien.

Enfin il est très dormeur, il a besoin de dormir plus de quinze heures par jour. Pour moi c’est un atout parce qu’ils ne souffrent pas de mon absence pendant la journée : ils dorment. C’était le critère principal quand je me suis mis en quête d’un animal domestique. Et c’est pourquoi je ne voulais pas de chien.

Ses défauts

Je vais commencer par le défaut le plus important à mes yeux : ils se mettent dans les pieds, et ça c’est vraiment chiant. Combien de fois ça nous est arrivé de shooter dedans (doucement, sans leur faire mal parce qu’on fait attention). Quand ils se mettent en tête de suivre leur maître, en fait ils le devancent en s’arrêtant brusquement, et paf !

Son deuxième défaut important pour moi est qu’il est têtu, ce qui rend son éducation plus difficile qu’avec un animal docile. En effet il faudra renouveler à de nombreuses reprises une punition pour qu’elle soit assimilée par l’animal.

Il n’est pas toujours propre. On peut sensiblement améliorer sa propreté par des actions concrètes et efficaces, j’y reviendrai dans un prochain article. S’il est pris d’une envie soudaine, sans avoir le temps de rejoindre sa litière, il fera sur place. Les accidents sont devenus rares depuis que je maîtrise mieux la situation.

Quand je nettoie la cage, ils viennent voir ce que je fais, ils cherchent à plonger dans le seau, ils mettent leur nez partout et m’empêchent ainsi de travailler. La solution est simple : les enfermer dans la cuisine le temps que je fasse le nettoyage.

Ils fouinent partout, tout ce qui est à leur portée y passe : les étagères du bas, les sacs en plastique, les sacs poubelle. Ceci est couplé au fait qu’ils peuvent emmener des petits objets qu’ils jugent intéressants dans une cachette, sous un meuble par exemple.

Ceci fait partie des précautions à prendre pour faire une pièce « ferret proof » : ne rien laisser trainer à leur portée (à 40 cm du sol).

 

Edité le 12/3 : suite aux remarques pertinentes d’une lectrice laissées en commentaire ci-dessous, je complète mon article.

Effectivement un inconvénient est lié à leur sexualité auquel je n’ai pas pensé parce que mes deux furets sont stérilisés. A moins que vous n’ayez l’intention d’en faire l’élevage je vous conseille de les faire stériliser (par implant et non par chirurgie), ce qui règle ce problème pour les deux sexes. Sinon vous vous exposez au rut du mâle qui dure des mois et dont le comportement devient plus gênant, à des chaleurs pouvant être mortelles pour la femelle si elle ne s’accouple pas.

Bien que mes deux furets ne soient pas mordeurs, même en période de jeu, vous pouvez tomber sur un furet qui vous mordra fort. Il faut savoir qu’on peut apprendre à un individu à ne plus mordre et à faire attention, un furet peut s’éduquer pour régler ce problème.

Enfin pour ceux qui choisissent de les nourrir aux proies (poussins, souris, pintadeaux, rats, etc ), il existe effectivement un problème d’approvisionnement, de stockage et de distribution en conservant des règles d’hygiène. Mais des possibilités existent sans condition particulière. Personnellement je les nourris aux poussins stockés en petit congélateur, en maintenant une hygiène correcte dans la cage.

 

Alors, êtes-vous fait pour adopter un furet ? Vous sentez-vous prêt ? Vous pouvez répondre en laissant un commentaire ci-dessous.